Histoire de notre commune

Les premiers Habitants sur nos terres datent du 8éme millénaire avant J-C, plusieurs découvertes archéologiques récentes en témoignent.

L’origine du nom :

SAINT-MARS est sans doute dérivé du nom MEDARD, patron de la paroisse, étant donné qu’un acte de 1304 fait mention de « SAINT-MEDARD-LA-RORTE ».

LA REORTHE proviendrait du mot « RORTE » désignant un lien d’arbrisseau servant à lier les fagots. Nous constatons aujourd’hui encore que les hauteurs qui entourent St Mars sont couvertes de bois de châtaigniers que nous trouvons aussi en abondance dans nos buissons. C’est avec cet arbuste, dont on peut aisément « retordre » les branches, que l’on fabrique de solides fagots. SAINT MARS LA REORTHE  est donc SAINT MEDARD AU PAYS DES RORTES.

 

L’histoire :

On sait que Saint Mars fut habité dès l’antiquité. Des recherches entreprises il y a une quarantaine d’années sur le sol de la commune ont permis la découverte de plusieurs flèches en silex qui prouvent la présence de l’homme à cette époque lointaine. Il s’agit du 8éme millénaire avant J-C. On a également découvert lors de ces fouilles deux haches et une herminette en pierre polie non loin du bourg.

Pendant la période des invasions romaines, les anciens habitants de St Mars creusaient des souterrains pour se mettre en lieu sûr et se défendre. Le principal de ces souterrains est celui du Puy Martineau. On y a trouvé des débris de tuiles romaines dites « à rebord ». Il existe aussi sur la commune d’autres souterrains creusés au temps des invasions barbares, normandes ou pendant les guerres de religion.

 

Au Moyen-Age, il existait un prieuré, celui de la Lardière, qui n’abritait que quelques moines. Aujourd’hui, les bâtiments ont quasiment disparu.

De la Renaissance, St Mars conserve le château de la Traverserie qui a maintenant perdu tout de sa magnificence.

Sous la Révolution, St Mars avait encore sa vieille église qui ne disparaîtra qu’à la fin du XIXème siècle.L’église disparue, une nouvelle fut construite. La construction commencée en 1887 s’acheva en 1889.

Partager cette page sur :